sur ma table de nuit

Ici venez discuter de vos derniers coups de coeur, faire découvrir des livres, BD ou mangas ayant rapport ou non avec le cinéma.

Modérateur: dino VELVET

Messagepar The DeathScythe » 22.07.2010 - 18:35

C'est vrai que j'avais oublié le Marvel Zombies Returns paru entre le 4 et le 5...


Donc le tome 6 francais ca sera le Marvel Zombies Returns us et le tome 7 contiendra Marvel Zombies 5 (avec Aaron Stack et Howard le Canard !!!) en cours de parution actuellement outre-atlantique ?



Marvel Zombies c'est compliqué... :eek:
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar Le Cancre » 22.07.2010 - 19:35

The DeathScythe a écrit:Marvel Zombies c'est compliqué... :eek:

Ouaip ! Y z'ont dû dévorer le type chargé de la numérotation...
La pensée profonde du mois : "Avec deux lignes de l'écriture d'un homme on peut faire le procès au plus innocent" (Richelieu) Image
Avatar de l’utilisateur
Le Cancre
mulot volage
 
Messages: 9261
Enregistré le: 25.04.2004 - 19:09

Messagepar peter wonkley » 29.07.2010 - 22:10

Image

Ils avaient vingt ans et des poussières, ils étaient en haut de l'affiche, croulaient sous l'argent et jouissaient pleinement de la vie. Un jour, le destin leur a tout pris. En devenant des stars, les enfants du rock and roll se sont brûlé les ailes. Ce dictionnaire est un ultime hommage à Kurt Cobain, Janis Joplin, Jim Morrison ou John Lennon, autant de génies du rock, autant de folies et de tragédies...

Acteur, Bruno de Stabenrath joue pour François Truffaut et Ettore Scola. Passionné par l'histoire du rock and roll, il écrit dans de nombreuses revues : Technikart, Jalouse, Gloss... En 1996, un accident de voiture bouleverse sa vie : de ce drame naît Cavalcade, et sa nouvelle vocation de romancier.
Image
Avatar de l’utilisateur
peter wonkley
ROCCO
 
Messages: 20542
Enregistré le: 21.12.2002 - 21:13
Localisation: ajaccio

Messagepar The DeathScythe » 30.07.2010 - 08:49

Image

Une séléction des histoires les plus incongrues et loufoques du justicier masqué publiées dans les années 50 et 60.
La plupart des ces aventures serviront de base à Grant Morrison pour son Batman R.I.P: on y croise pour la premiere fois des éléments comme les Batmen de toutes les nations, Bat-mite, le Batman de Zur-en-Arrh, Thomas Wayne le "premier" Batman ou le Dr Hurt...
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar peter wonkley » 01.08.2010 - 22:36

Image

Il était une fois un monde factice nommé Hollywood. Ce monde plein de richesses et de réussite était dirigé par des producteurs confortés depuis des années dans leur fauteuil de cuir. Ces dieux de la pellicule avaient sous contrats acteurs, techniciens, scénaristes. Puis, comme dans toutes les bonnes histoires, la révolution passa par là. À la fin des années 60, la jeunesse dorée se révolta. Les anciens monteurs, assistants ou élèves en cinéma décidèrent de pousser à la porte le vieux système et les éléphants. Et Hollywood se découvrit de véritables artistes : les réalisateurs existaient enfin en tant que créateurs. Ils se constituèrent en société de production, en association de réalisateurs. Ils inventèrent de nouvelles façons de filmer, de raconter des histoires, plus proches de la réalité ... À la hauteur de ce que fut la Nouvelle Vague (dont ils s'inspirèrent) en France ou du néoréalisme en Italie, le renouveau du cinéma américain bouscula tout sur son passage. Les nouveaux maîtres du monde s'appelèrent alors Scorsese, Lucas, Coppola, Beatty, Nicholson, Bogdanovitch... Ils essayèrent tout. Et n'importe quoi. Sex, drogues, rock'n'roll et caméras. Une contre-culture en action.... Le Nouvel Hollywood était né. C'est sur les ruines de cette révolution que revient le journaliste Peter Biskind. Sur les années Bonnie and Clyde, Easy Rider ou La Dernière Séance. Sur la folie collective des années 70. Sur la tragédie de Sharon Tate, assassinée par Charles Manson et ses fidèles. Sur les coucheries, débordements, travers de ce petit monde qui ébranla l'Amérique. Peter Biskind a fourni une enquête ultra-complète, riche, passionnante, recoupant les témoignages de tous ceux qui ont vécu, de près ou de loin, ces années d'exception. Les anecdotes de tournages, les caprices mégalomaniaques, les stars d'un jour et celles qui le restent encore aujourd'hui... voilà une épopée artistique hors pair. Une aventure humaine au goût parfois amer. Les artistes de l'époque voulaient contrôler leurs œuvres, échapper aux contraintes du marché, aller contre les standards. Après les acides, la coke et le sexe ; après les tentatives les plus folles, l'argent facile et les succès incomparables ; que reste-t-il de ce vent d'éclate dans le cinéma américain d'aujourd'hui ? Rien. À moins qu'un producteur rusé ne s'empare de ce Nouvel Hollywwod pour en faire une adaptation qui cartonne au box-office.... On ne détruit pas facilement les vieux remparts de l'économie, même dans l'art.

Avec le succès inattendu d'Easy Rider, film de bikers à petit budget, en 1969, un Nouvel Hollywood est né. Une génération de jeunes metteurs en scène, nommés Coppola, Scorcese, Lucas, Spielberg s'est engouffrée dans la faille et a commencé à tourner avec des acteurs encore inconnus, Robert de Niro, Al Pacino ou encore Jack Nicholson. En quelques années ils sont devenus les nouveaux nababs d'Hollywood et on réalisé des films tels que Le Parrain, Taxi Driver, Les dents de la mer, L'Exorciste ou Chinatown.

C'est l'épopée de ces jeunes loups de la générations " sex, drugs et Rock'n Roll " que retrace cet ouvrage en suivant, au quotidien, la genèse de leurs films et leurs luttes contre l'establishment. Nous voyons évoluer ici toutes ces grandes figures de cinéma sous un jour totalement inédit dans un monde ou l'art, l'argent et la drogue ont donné libre cours aux excès les plus extravagants et les plus inattendus.

Basé sur des centaines d'heures d'entretiens avec les protagonistes eux-mêmes, avec les producteurs, les agents, les scénaristes, les amis, les épouses ou les maîtresses, cet ouvrages nous offre le portrait sauvage du dernier grand âge d'or d'Hollywood.




c'est passionnant ! si vous le croisez en librairie ou ailleurs, n'hesitez pas !!!
putain je savais que Dennis Hopper et William Friedkin étaient tarés mais pas à ce point la !!! :eek: :eek: :eek: :metal: :metal: :metal: :metal: :metal: :metal: :metal:
Image
Avatar de l’utilisateur
peter wonkley
ROCCO
 
Messages: 20542
Enregistré le: 21.12.2002 - 21:13
Localisation: ajaccio

Messagepar peter wonkley » 03.08.2010 - 12:19

Image

De la BD au cinéma : Kick-Ass met le feu ! Depuis que le jeune Dave Lizewski, seize ans, est devenu le super-héros Kick-Ass, il a à son actif deux jambes cassées, deux plaques de métal dans le crâne et une bonne popularité sur YouTube. Mais parviendra-t-il à survivre à son partenariat avec Hit-Girl et Big Daddy, à la mafia et à Red Mist, le nouveau super-héros de la ville ? Aux commandes de cette BD de super-héros adaptée sur grand écran, on retrouve le duo constitué de Mark Millar (Wanted, Ultimates) et John Romita, Jr. (Spider-Man, Wolverine).
Image
Avatar de l’utilisateur
peter wonkley
ROCCO
 
Messages: 20542
Enregistré le: 21.12.2002 - 21:13
Localisation: ajaccio

Messagepar The DeathScythe » 03.08.2010 - 17:55

Tu peux y aller sans risques: c'est du Mark Millar dans toute sa splendeur et sa décadence ! :D

Image

Lors du tournoi de boxe organisé dans le centre d’éducation, Joe se retrouve dans une situation critique avant même de rencontrer Rikiishi. Il doit faire face à la trahison soudaine de Danpei, et à la redoutable défense de Aoyama, la “technique de la savonnette"

C'est sacrément bon comme manga en fait...

Image

Les fêtes de fin d'année approchent mais, loin de se réjouir, Nozomu est toujours aussi morose... Il essaie de démontrer à ses élèves que l'enfer, c'est vraiment les autres qui vous obligent insidieusement à faire ce qu'ils attendent de vous, qui n'acceptent pas leur âge ou qui vous offrent des cadeaux sans intérêt ! Déjà accablé par sa propre vie, supportera-t-il d'être impliqué dans celle des autres ? Sayonara Monsieur Désespoir est l'une des comédies les plus drôles et les plus originales toujours en cours de publication au Japon.

Mon heros ! :D
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar The DeathScythe » 05.08.2010 - 14:42

Image

Un listing complet des épisodes 1 à 600 d'Amazing Spider-Man avec auteurs, persos, résumés.
Formidable jusqu'à la période des années 90 et des mega-cross-over répartis entre les differents mensuels du tisseur (Web of Spider-Man, Spectacular Spider-Man etc...). Le bouquin devient alors assez confus...
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar The DeathScythe » 10.08.2010 - 10:04

Image

Cela fait maintenant des mois que Norman Osborn, responsable de la sécurité intérieure US et accessoirement Bouffon Vert, est l'homme le plus puissant d'Amérique.
Après s'être frotté aux X-Men, au Punisher, aux super-criminels rebelles ou aux Vengeurs "historiques" et vivement encouragé par son associé Loki, le Directeur de la HAMMER décide de s'occuper du royaume d'Asgard situé depuis quelques années dans l'Oklahoma et qui n'a rien à y faire.
C'est une impressionnante machine de guerre qui se déploie aux portes du royaume mythique: menés par Osborn en personne et par le dieu Ares; la HAMMER, les Vengeurs, les Thunderbolts et l'Initiative sont peut être de trop gros morceaux pour les dieux nordiques. Même Thor ne peut faire grand chose face aux assauts des envahisseurs.
C'est alors que sous la bannière d'un revenant, les véritables héros décident de réagir et de mettre un terme à la folie d'Osborn.

L'événement sert de conclusion au Dark Reign mais également aux différents méta-plots de ces dernières années de l'éditeur. Bendis évite les écueils de ses House of M et Secret Invasion avec un récit bref qui empêche l'essoufflement.
Superbes dessins de notre frenchie Olivier Coipel.
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar peter wonkley » 02.09.2010 - 16:31

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
peter wonkley
ROCCO
 
Messages: 20542
Enregistré le: 21.12.2002 - 21:13
Localisation: ajaccio

Messagepar The DeathScythe » 04.09.2010 - 11:19

Image

" Quand je me remémore cet épisode - maintenant que j'ai pris le temps d'opérer un salutaire retour sur moi-même -, je me dis que si j'avais été un minimum responsable, j'aurais dû comprendre à ce moment que j'avais outrepassé les limites du supportable, et profiter de la chance inespérée que m'offrait mon directeur d'admettre mes erreurs et de faire amende honorable. J'aurais dû formuler des excuses publiques et offrir sur un plateau [ma démission définitive de la radio, pour prix de mon pardon. J'aurais dû me sacrifier pour sauver l'honneur de France Inter. Eh bien, croyez-moi si vous voulez : ça ne m'est pas venu à l'idée... quel petit con j'étais !.. " Lorsque, en juin 2010, Didier Porte est licencié de France Inter en même temps que Stéphane Guillon, une vague d'indignation soulève l'opinion. " L'humour ne doit pas être confisqué par des petits tyrans ", argue alors le patron de Radio France pour écarter les soupçons de pression politique qui pèsent sur ce double licenciement. Dans cet ouvrage agrémenté de nombreuses chroniques aussi drôles que féroces, l'humoriste nous livre sa version de l'affaire. Mais le mea-culpa de cet incorrigible frondeur pourrait bien masquer un nouveau forfait... On vous aura prévenu : ce type est in-sup-por-table !

Dévoré en une soirée: un témoignage sans langue de bois sur l'ambiance abominable de la radio publique depuis l'arrivée du duo infernal Hees/Val.
Si les deux nouveaux convertis à notre Leader Minimo ne sont pas épargnés (Val apparait comme un hystérique monomaniaque adepte du point Godwin); ce sont surtout Nicolas Demorand et Michel Denisot qui en prennent plein la figure tandis que des gens comme Stéphane Bern ou Fréderic Begbeider se révèlent surprenants.

Mention spéciale à l'épouse de Porte qui, tout au long des événements et en quelques phrases courtes, se révélera plus pertinente que tous les protagonistes de cette histoire de fous.
:lol:
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar peter wonkley » 14.09.2010 - 20:41

Image

Prenant pour fil rouge le Festival de Sundance, Peter Biskind lève le voile sur un monde haut en couleur: le cinéma indépendant. Un monde aussi cruel et complexe que l'univers des superproductions... Son enquête, riche d'anecdotes et de portraits de cinéastes tels Quentin Tarantino, Steven Soderbergh ou Martin Scorsese, offre le plus explosif des scénarios: celui du Hollywood de la dernière décennie.


c'est plus axé sur Miramax (putain les Weinstein sont des psychopathes !!!), c'est aussi passionnant que LE NOUVEL HOLLYWOOD, meme si c'est beaucoup plus sage
Image
Avatar de l’utilisateur
peter wonkley
ROCCO
 
Messages: 20542
Enregistré le: 21.12.2002 - 21:13
Localisation: ajaccio

Messagepar The DeathScythe » 20.09.2010 - 16:00

Image

Après avoir nettoyé la petite ville texane de Salvation, après avoir retrouvé sa mère, longtemps crue morte, et après s'être entretenu psychiquement avec l'entité omnipotente qui habite son esprit, le révérend Jesse Custer est enfin prêt à constater les dégâts que sa mort apparente et son absence inexpliquée ont provoqué chez l'amour de sa vie. Tulip O'Hare. Mais se réconcilier avec Tulip est facile : la véritable épreuve consiste à découvrir la vraie nature de l'homme qu'il considérait comme son meilleur ami, le vampire irlandais Cassidy. Plus Jesse en apprend sur les heures sombres de Cassidy, plus il découvre un être méprisable, et plus grande devient la nécessité d'un affrontement... Un affrontement que souhaite également l'ennemi juré de Jesse, le chef du Graal, Herr Starr. L'enfer vient avec lui est le huitième volume de la saga Preacher, l'un des comics les plus plébiscités des années 1990. Créée par le scénariste Garth Ennis et le dessinateur Steve Dillon, cette épopée moderne parle de vie, de mort et de rédemption mais aussi de sexe, d'alcool, de sang et d'armes à feu... sans parler des anges, des démons, de Dieu, des vampires et des cinglés en tout genre qui font de cette aventure l'une des plus viscérales jamais publiées. En bonus, cet album contient également les commentaires de Glenn Fabry, qui a peint l'intégralité des couvertures de la série.

Voila le Garth Ennis que l'on préfére: une characterisation des personnages parfaite (Tulip est peut etre l'une des heroïnes de BD les mieux écrites) et un sens du dialogue qui tue. On pardonnera même l'humour anti-francais à 2 balles.
Plus qu'un Volume par contre... :cry:

Image

1933. La Grande Dépression accable la population des Etats-Unis. En cette période de misère et de difficultés extrêmes, le gangster Norman Osborn s'en sort bien grâce à ses hommes de main Kraven et le Vautour. Ensemble, ils ont tué sauvagement l'oncle de Peter Parker qui s'opposait à leur racket. Le jeune homme est bien décidé à se venger, mais fera-t-il le poids face à ces barons du crime. Spider-man noir : les illusions perdues accueille un récit complet tiré d'une nouvelle collection qui plonge les plus célèbres héros Marvel dans une atmosphère de film noir. Cette première aventure est écrite par David Hine et Fabrice Sapolsky, et illustrée par Carmine Di Giandomenico

Un recit sombre, au ton proche de la bd européenne, qui dynamite de façon maligne l'univers du Tisseur.
Voir Peter Parker et Tante May en militants socialistes est un petit plaisir que l'on pensait ne jamais connaitre de notre vivant.
Une excellente surprise !
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

Messagepar Le Cancre » 20.09.2010 - 18:17

Autant les comics Marvel "classiques" d'aujourd'hui, dont les héros de ma jeunesse évoluent dans un monde au cynisme et à la cruauté assumés en contre-point de l'univers des années 70, ne me tentent guère; autant les déclinaisons atypiques "Marvel Zombies", "Marvel 1602" et maintenant "Marvel Noir" titillent ma curiosité et mon intérêt...
Je vais vraisemblablement me laisser tenter par ce "Marvel Noir" à l'instar des zombies et des puritains du Nouveau Monde.
La pensée profonde du mois : "Avec deux lignes de l'écriture d'un homme on peut faire le procès au plus innocent" (Richelieu) Image
Avatar de l’utilisateur
Le Cancre
mulot volage
 
Messages: 9261
Enregistré le: 25.04.2004 - 19:09

Messagepar The DeathScythe » 20.09.2010 - 19:33

J'ai un peu moins aimé X-Men Noir malgré de bonnes idées (Magneto et sa confrérie en flics, le point de vue exterieur via le personnage principal, le pseudo-roman pulp en bonus...)

Le Daredevil Noir est parait-il trés bien (même si l'univers habituel de DD est deja pas loin du polar...)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
The DeathScythe
Hollywood Master
Hollywood Master
 
Messages: 8428
Enregistré le: 14.10.2002 - 21:46
Localisation: Palais Doré des Burritos Volants

PrécédenteSuivante

Retourner vers Livres/BD/Mangas

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron