Page 1 sur 1

Tu ne tueras point (Mel Gibson - 2016)

MessagePosté: 13.05.2018 - 08:09
par dino VELVET
Image

Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer. Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre pour en devenir l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda, il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés.


Le retour de Mad Mel derrière la caméra, dix ans après le génial Apocalypto !

Je m'attendais à mieux mais j'ai quand même bien aimé ce Tu ne tueras point.

Des thématiques purement gibsoniennes (la foi, la violence, l'héroïsme) ...

Une facture soignée (le film a un côté ultra classique très appréciable) ...

Et ... des séquences de combat assez hallucinantes :eek:

Le front, c'est un déferlement de fureur et de barbarie. Un lieu de sauvagerie où chaque vie ne tient qu' un fil.

C'est simple : on n'avait pas vu violence aussi poussée depuis John Rambo.

Histoire totalement improbable et pourtant vraie.

Grand écart entre un héro pacifiste et un film d'une violence sidérante.

Un film fou.

Allez Mel, tourne-nous le Gengis Khan écrit par John Milius ! :bave:

Re: Tu ne tueras point (Mel Gibson - 2016)

MessagePosté: 13.05.2018 - 14:07
par Rockatansky
Le film souffre quand même d'un manque de moyens , et malgré mon amour pour Mel Gibson j'ai trouvé qu'il sombrait un peu dans le gore facile, mais j'ai passé un bon moment, cela reste le moins bon film de Gibson réalisateur.